Poèmes année 2015-2016

Poèmes réalisés par les élèves de 4° dans le cadre de la séquences “ Poésie lyrique” et Haïku écrits par les élèves de 5ème en atelier d’écriture.

20160621_133555

La mythologie
Je connais la mythologie grecque par cœur
Même Apollon en a eu peur
Que je découvre sa sœur, déesse de la chasse
Et que je la traite de bécasse qu’elle ait des fidèles chastes

J’ai appris des dieux de A à Z
Je connais leurs soucis et les aide
Mais ils sont peu reconnaissants
Envers moi, le libérateur des adolescents

J’aime bien plus les demi-dieux
Eux au moins sont très peu prétentieux
Leurs servantes sont intéressantes
Non ! je ne parlai pas des bacchantes
Romain Aubry.

Le sport
J’aime tous les sports mais ne sais pas en choisir un
Entre le rugby, la natation, le vélo
Quel est le sport où je ne serais pas K.O ?
Et qui me permet d’être fort et malin ?

C’est toutes ces années le même questionnement
Je ne sais pas faire le meilleur choix pour moi
Je préfèrerai être dehors ou sous un toit ?
Avec qui, où, quand ? ce sont toujours mes tourments.

Et pourtant je sais que je dois me décider
Que c’est pour mon bien et surtout par ma santé
Qu’après l’effort c’est très souvent le réconfort.

Donc il faut que je détermine ce qui m’attire
En pensant à moi avant tout et non aux dires
Et puis prendre du plaisir quand je fais du sport.
Bastien Galangeat.

Je suis seul et emprisonné par mes livres
Pourtant quoi que je fasse il me retiennent
C’est comme s’ils me mettaient de grosses chaines
Je ne peux plus partir, je ne suis plus libre.

Ils sont là et attendent que je les lise
Lire des livres aide à comprendre la vie
Sur un même livre il y a plusieurs avis
Certains lisent qu’un livre et font des bêtises

Chaque jour des livres naissent et d’autres meurent
Quand je fis, c’est comme si je dormais mon cœur
Chaque mot, chaque ligne nous rapproche l’un l’autre.

Avant pour qu’ils existent, il fallait se battre.
Certains sont morts en essayant de les publier.
Et d’autres ont disparu en étant brûlés.
Alexis Lefort.

Monde parallèle.
Je vis dans un monde qui est technologique
Où les jeux vidéos deviennent gourou.
Un sentiment de bonheur se crée lorsqu’on joue.
Électricité, roi de ce monde fantastique.

Les livres sont lus sur des écrans de taille.
On dort sur quelque chose comme une botte de paille
Univers ressemblant à une chose réelle ;
Possibilité d’être chose immortelle.

Vivant une aventure extrêmement bonne,
Planant sur un monde entre deux étoiles dorées.
Je suis un avatar de la nuit de Chine.

Mais l’électricité vient d’être coupée direct ;
Me sortant de l’emprise de ce roi infect.
Ouverture d’esprit vers un autre monde…
Hugo Delrieu.

Poème et haine
Devant mon P.C mon exaspération est grande,
Comment vais-je décomposer ce sacré sonnet ?
Ne pas exploser la tête dans le bonnet,
Ma mère pourrait-elle me faire une offrande ?

Mon agacement croît avec le temps qui passe,
Que la vie est difficile aujourd’hui Maman,
Comment puis-je réaliser un beau diamant ?
Il me semble être dans une immense impasse,

Ma fièvre monte pour créer ce long poème,
Je hais madame Ménabé, prof de français,
Vu qu’elle s’oppose à ma nature bohème.

Elle sera responsable de mon décès,
Sauf si ce fantastique poème ell’aime,
Alors j’aurais réussi sans faute mon essai.
Bastien Picas.

Logique !
Je déteste les interrogations de madame Simon,
Pourtant j’adore les équations,
Jongler avec les x et les y, c’est ma passion !
Chercher la solution, c’est mon démon !

Les mathématiques c’est fantastique !
Plus besoin de montre ni de sonnerie,
Au grand jamais une mutinerie,
Plus que la gymnastique les maths c’est acrobatique !

Étudier l’espace, l’univers, découvrir, analyser, travailler le futur,
Je vois ma vie dans les chiffres, les nombres, les sciences,
Et pourquoi pas la physique ou les neurosciences,
Ces disciplines c’est ma nature ! C’est ma nourriture !
Picas Bastien.

J’adore une saison qui est l’été
Ça le donne envie d’aller à la plage
Ça me donne envie de prendre le large
Et ensuite sauter dans l’eau un peu agitée.

Une autre rêve qui est d’être pompier
Rentre dans les casernes pour sauver des vies
Conduire des véhicules et me faire des amis
Rentrer dans les maisons en feu en donnant un coup de pied.

J’adore ma famille et j’risquerai tout pour eux
Ce rêve je le ferai pour être heureux
Même si j’ai du mal à l’école j’essayerai.
Brian Marenic.

Tu as été théâtre de tant de victoire,
C’est à lui seul le symbole du rugby français
Stade où on aime surtout battre les anglais,
Chez toi beaucoup de matchs nous ont apporté gloire.

Mon père m’disait Stade de France rêve de mon enfance,
Du Parc des Princes tu fus l’digne successeur,
Tant de victoires disputées avec ardeur,
Tous ces boucliers ont fait vibrer mon enfance.

A la buvette on aime boire, se retrouver,
Se saouler à la troisième mi-temps ; partager,
Chaque week-end une autre histoire, un autre match.

Comme le Colysée tu es toujours complet,
Quatre-vingt minutes les voir tous s’affronter,
Dans ce grand stade où l’ovalie nous gagne tous.
Gauthier Laget

 

 

Les commentaires sont fermés